Les remarquez-vous ? Elles sont autour de vous chaque jour. Elles font partie intrinsèque de votre routine et de votre économie personnelle, que ce soit votre café préféré, votre épicerie, votre salon de coiffure ou votre librarie du coin. Les petites et moyennes entreprises, en plus de faire vivre des milliers de salariés, font la vie des quartiers de Sainte-Marie-Saint-Jacques où l’ambiance ne se retrouve nulle part ailleurs. Au-delà de leur impact économique pour les résidents, les PME participent pleinement à la qualité de notre vie quotidienne. Observez l’audace, la créativité et les touches artistiques que certains de ces établissements locaux et indépendants apportent. Il faut encourager ces entrepreneurs dans le but de continuer à revitaliser nos quartiers.

Or, si vous marchez sur la rue Sainte-Catherine, vous voyez une panoplie de pancartes « À louer » dans les vitrines de commerces déserts. La députée sortante de Sainte-Marie-Saint-Jacques semble n’avoir rien fait à ce sujet, comme en témoignent les nombreux espaces commerciaux inoccupés.

Pour ma part, j’ai rencontré plusieurs sociétés de développement commercial (SDC) et associations de commerçants, dont celles du Village, du Quartier latin, du boulevard Saint-Laurent, de la rue Saint-Denis et de l’avenue Duluth, et j’ai fait le tour de toutes les PME de la rue Ontario et de la rue Sainte-Catherine. Les SDC et les commerçants connaissent les sources des problèmes qui les touchent, et ils connaissent aussi les solutions.

Le plan « Priorité PME » du Parti Québécois est le fruit d’une tournée de toutes les régions du Québec par trois députés afin de récolter des témoignages des entrepreneurs à propos du fardeau réglementaire et administratif qui est le leur. Le Parti Québécois a identifié 16 enjeux et a proposé des solutions concrètes afin de remédier aux problèmes que vivent les commerçants. Vous pouvez lire le rapport de la tournée ici : https://fichiers.pq.org/election2018/pme_v5.pdf

Pour faciliter la vie à nos PME, le Parti Québécois s’engage à :

  • Diminuer de beaucoup la paperasse. Le principe « une fois suffit » sera appliqué à toute la machine gouvernementale.
  • Instaurer un allègement réglementaire spécifique pour les cinq premières années d’existence d’une entreprise et donner le droit à l’erreur.
  • Réduire concrètement et significativement le fardeau réglementaire des PME dès la première année par la création d’une équipe de choc, composée de hauts fonctionnaires et de représentants de PME, et pilotée par un ministre délégué aux PME relevant directement du premier ministre.
  • Mettre fin à la culture du « racket » chez Revenu Québec, qui trône en tête du top 10 des ministères et organismes les plus redoutés par les PME.
  • Faciliter le rachat d’une entreprise par les employés.
  • Revoir les règles fiscales qui font obstacle à la transmission des entreprises d’une génération à l’autre.
  • Mettre en place des mesures pour soutenir la commercialisation et l’exportation destinées aux PME œuvrant dans les secteurs de la deuxième et de la troisième transformations, dans toutes les régions du Québec.

Il ne faut pas, bien sûr, oublier les travailleurs. Les employés qui se dévouent corps et âme au sein des PME sont la clé du succès. Ils méritent un salaire leur permettant de vivre dans la dignité. Il faut lutter contre les inégalités et la pauvreté. C’est pourquoi le Parti Québécois s’engage à :

  • Hausser le salaire minimum à 15 $ de l’heure d’ici octobre 2022, tout en établissant un mécanisme d’évaluation continue de la mesure pour s’assurer que ses effets positifs dépassent nettement ses effets négatifs, notamment au sein des PME, du secteur touristique, ainsi que pour les agriculteurs et les organismes communautaires.

À titre de future députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, je m’engage à travailler étroitement avec toutes les SDC et les petits commerçants afin de mieux soutenir les PME, qui sont essentielles pour la vie de chacun nos quartiers.